Sélectionner une page

2.13. Le dernier jour à Oran commence

Dans la chambre d’hôtel, Bernard se prépare, il prépare sa valise. Février arrive, ils partent tous les deux. Bernard laisse son messier et son chapelet sur la table de nuit.

Illustration du film Des Hommes de Lucas Belvaux – le messier et le chapelet

Ils entrent dans un bar avec d’autres soldats, petite valise à la main. Bernard s’installe devant le comptoir et demande au barman où sont les autres, il dit qu’ils ont emmené les filles à la plage mais il ne peut pas dire si Mireille était avec eux.

Bernard en train de boire une bière.

Illustration du film Des Hommes de Lucas Belvaux – Bernard et la chope

Voici une image qui dit sans un mot que Bernard est en train de boire une bière, contrairement à l’image dans la cantine.

Il s’impatiente et regarde l’horloge sur le mur, il est 1 h 22, le jour d’avant Mireille et lui, ils ont fixé leur rendez-vous à 2 heures. Bernard est si impatient s’il savait déjà qu’elle serait en retard ou si elle était déjà en retard. Il va et vient impatiemment en regardant les autres qui dansent et demande une autre bière. La musique se baisse.

2.14. Flash-Back – visite chez Mireille

Bernard et Février arrivent dans un patio vaste, avec des arbres. Bernard ôte son calot. Ils regardent autour bouche bée. Mireille arrive en souriant suivie par deux femmes.

Ni dans le livre ni dans le film on ne parle pas de la mère de Mireille, ici on voit une femme auprès d’elle vêtue de façon européenne, mais on ne peut pas le distinguer bien et quand ils sont tous assis autour de la table on ne voit que son épaule. Alors l’existence de la mère de Mireille reste un mystère dans le livre comme dans le film.

Le père de Mireille parle à Bernard, ils sont assis autour d’une table. Il demande combien d’hectares fait l’exploitation du père de Bernard, il répond 12 hectares. Le père de Mireille ne paraît pas très satisfait, mais il demande s’il veut les reprendre, Bernard dit qu’il a beaucoup de frères et sœurs et qu’il veut ouvrir un garage à Paris, il ne veut pas de patron. Le père de Mireille sourit et il dit que c’est bien d’avoir des ambitions.

Dans le film on ne sait pas quand cette scène se déroulait, si c’était Mireille qui les avait invités, pourquoi ils sont là, on ne sait même pas qu’il s’agit du père de Mireille.

Dans le livre Bernard a égaré son calot, Mireille l’a retrouvé et lui a écrit une lettre en l’invitant chez elle pour récupérer le calot. Mais attention, dans le film Bernard arrive avec le calot sur la tête.

Dans le livre quand Bernard attend Mireille avec impatience au Météore, il pense aller chez elle et demander où elle est. Par contre il remémore la visite qu’il avait faite avec Février chez Mireille quand il est en garde dans la nuit au poste.

2.15. Dans le bar

Dans le bar en attendant Mireille il pense que le père de Mireille ne lui laisserait jamais épouser sa fille et il est bon pour crever en protégeant les vignes, les oliviers et les orangers du père de Mireille. Bernard se dit être con.

Rabut arrive, ils se saluent du bout des lèvres, Rabut lui tend une cigarette, il l’accepte et lui demande s’il attend quelqu’un. Rabut dit non. Et il demande à Bernard s’il doit rentrer à la caserne toute à l’heure. Il dit oui.

Dans le livre la cause de la colère de Bernard est différente : il est jaloux de Rabut, il croit que Rabut et Mireille le trompent et quand il voit que Rabut et Février rient ensemble il croit qu’ils se moquent de lui. En plus Rabut avait des ambitions, il voulait obtenir son bac, c’est pour ça que Bernard l’appelle bachelier. Bernard croit que Mireille trouve Rabut plus intelligent que lui et que tout est fini, il a perdu Mireille, la fille riche, sa deuxième chance, sa récompense après la perte de son gain de loterie.