Sélectionner une page

II. Le film scène par scène

1. Présent

1.1. Les premières scènes jusqu’au bijou

Le film commence par une image montrant le feu du bois dans la cheminée ce qui est une allusion faite à Bernard qu’on appelle depuis des années Feu-de-Bois. On le voit se préparer, se laver et se coiffer. Il s’habille et on voit l’intérieur de la maison où il vit. Après, il met quelque chose dans sa poche et il sort, et on le voit arriver en mobylette devant un bistrot et descendre une rue à pied. Il entre dans une salle où il y a une fête, de la musique, des invités qui bavardent.

Illustration du film Des Hommes de Lucas Belvaux – le feu du bois

Dans le livre la narration commence par la fête mais dans le film on voit d’abord Bernard et en quelque sorte c’est lui qui nous introduit dans la fête. Dans le livre on a l’impression si Bernard était un intrus mais dans le film on suit sa route, on l’accompagne en quelque sorte ce qui nous met psychologiquement à ses côtés dès les premières minutes.

Dans le livre on sait que Solange fête ses 60 ans et son départ à la retraite. On sait également qu’elle est veuve depuis de nombreuses années et qu’elle avait élevé seule ses deux fils en travaillant dans la cantine du collège. Mais malheureusement on est dépourvu de toutes ces informations dans le film, on n’en sait qu’une petite partie par un dialogue entre Bernard et l’un des invités :

« Tu es venu ? – Pourquoi je ne serais pas venu ? C’est l’anniversaire de ma sœur quand même. »

Et c’est tout. Plus tard nous verrons Solange dans sa cuisine, dans sa maison et nous n’allons pas forcément comprendre pourquoi elle vit dans un milieu aussi vieilli, parmi de vieux meubles. Il aurait pu être une bonne idée d’écrire un dialogue entre deux invité.e.s imaginaires, l’un.e qui connaît tout le monde, l’autre qui est de passage, qui est peut-être le.a parent.e de quelqu’un. Avec ces deux invité.e.s imaginaires le scénariste aurait pu introduire les principaux personnages de l’histoire et nous présenter leur situation, nous donner quelques informations de base.

La scène continue par quelques images de la fête, le temps pour Bernard de se préparer à offrir son cadeau à Solange. On voit donc Saïd offrir un cadeau à Solange, elle l’accepte avec plaisir, ils s’embrassent. Bernard les regarde mais impossible de voir à quoi il pense. Et il s’approche de sa sœur.

Dans le livre cette scène est complètement différente, on ne voit pas Saïd donner de cadeau à Solange, il est présent mais il discute avec quelqu’un un peu à l’écart des autres, on peut même supposer que Bernard ne l’aperçoit pas. Pourquoi cette scène a été modifiée ? On voit quelqu’un offrir un cadeau à Solange avant Bernard. Peut-être l’intention du réalisateur était de créer un contraste entre ces deux cadeaux, montrer d’abord la joie de Solange (mais elle n’a pas regardé le cadeau, elle a seulement pris la grosse boîte) et après montrer à quel point elle se sent embarrassée par le cadeau de son frère. Mais ce n’était pas plutôt une fausse bonne idée, cela ne détourne pas l’attention que le spectateur devrait porter sur Bernard et sur son cadeau ? Le fameux cadeau à cause duquel tout bouscule et toutes les vieilles rancunes montent sur la surface.

La scène continue avec Bernard qui met sa main droite dans la poche, et il s’avance vers Solange en l’appelant plusieurs fois. Rabut le regarde, il regarde sa poche et dans ce moment on ne sait pas ce qui va se passer et on peut même craindre un éventuel attentat, on pose des questions, si c’est un couteau ou un pistolet, qu’est-ce qu’il y a dans sa poche ? (Ou peut-être nous avons regardé trop de films policiers ?)

On ne sait toujours pas qui est qui. Le réalisateur nous a déjà montré les principaux personnages du film sans que nous nous en rendions compte puisqu’ils ne nous étaient toujours pas présentés alors on ne sait pas quels visages retenir (oui, nous avons vu les affiches en achetant les billets, cela nous aide beaucoup).

Alors Bernard arrive devant Solange ; tout le monde se tait, Bernard met une petite boîte bleu foncé dans la main de Solange, la musique s’arrête (il n’y a pas de bande sur place, alors quelqu’un l’a arrêtée), silence total. Les invités les entourent et tout le monde les regarde. Solange ouvre la petite boîte et on voit une broche en forme d’oiseaux, mais d’un angle d’où c’est un peu difficile à distinguer ce que c’est.

Illustration du film Des Hommes de Lucas Belvaux – la broche

Bernard dit : « J’ai hésité avec une fleur qui me plaisait bien, mais comme t’aimes bien les oiseaux, je me suis dit… »

Elle ouvre la boîte, tout le monde les regarde, eux et la broche avec de la colère, du mépris et de la haine en silence.

Bernard insiste que Solange la mette, pendant que Solange l’épingle sur le col de son chemisier, Rabut les regarde avec un regard d’assassin.

Bernard demande de Solange si la broche lui plaît, mais elle s’inquiète de la valeur du bijou. « Ne t’occupe pas de ça », dit Bernard mais deux femmes d’air fâché reprennent l’idée de Solange et une dispute s’engage, d’où vient l’argent avec duquel Bernard pouvait acheter un bijou aussi coûteux que ça. L’une des femmes dit même : « tout ce que t’as, c’est nous que te l’avons donné ».

Et c’est là qu’une troisième femme émet l’idée : « il a dépouillé la Vielle. »

Rabut ne dit pas un mot, mais il imagine Bernard en train de fouiller dans les affaires de sa mère : « Pour lui ce n’était pas du vol, il allait récupérer ce qui était à lui. »

De nouveau dans la salle des fêtes Bernard regarde tout le monde avec mépris, il se retourne et il part sans dire un mot.

Voici donc la scène du bijou qui déclenche la colère des parents de Bernard. Dans le livre cela se passe tout à fait différemment. Comme vous pouviez voir dans la description dessus, les invités se sont regroupés immédiatement autour de Bernard et Solange comme s’ils savaient déjà qu’il allait donner un cadeau non seulement surprenant mais également scandaleux. Même la musique s’arrête tout à coup.

Dans le livre on a une scène beaucoup plus naturelle même un peu plus chaleureuse. Une des invités, Maire-Jeanne se retrouve par hasard entre Solange et Bernard quand ce dernier tend la petite boîte vers sa sœur et elle demande avec l’humeur : tu veux me faire une déclaration ? À cela tout le monde rit et les regards se tournent vers Bernard, on entend même les invités rigoler : quel playboy ce Feu-de-Bois etc.

On pourrait dire que finalement la scène n’a été modifiée que très peu et le résultat est le même : les regards des invités se tournent vers nos principaux personnages. Dans le film il n’y a pas de raison pour que les invités cessent de bavarder et qu’ils s’approchent d’eux, dans le livre c’est grâce à cette scène avec Marie-Jeanne que l’attention générale se tourne vers eux, en plus le rire et les propos facétieux créent une atmosphère chaleureuse. On a parfois l’impression que Bernard pourrait être mieux accepté par sa famille s’il faisait des efforts mais dans le film tout le monde semble le rejeter unanimement.

Il y a également une différence en ce qui concerne la broche, voici sa description dans le livre : « Une grande broche en or nacré. De l’or poli et diamanté rehaussé d’un motif fleur en nacre. » Mais pour une raison ou pour une autre le bijou change d’aspect pour le film, il est devenu un oiseau. Peut-être que l’actrice aime les oiseaux puisque Bernard dit qu’il a hésité entre une fleur et un oiseau, mais comme elle aime bien les oiseaux…

Après que tout le monde a vu le bijou et ils se sont fâchés contre Bernard, on ne sait toujours pas qui est qui dans l’histoire et de quel droit ils demandent des explications de la part de Bernard, par contre dans le livre on connaît peu à peu les invités, surtout les membres de la famille. C’est très important de connaître les relations entre les personnages, sans ça nous ne pourrons pas comprendre l’essentiel d’une telle scène.