Sélectionner une page

1.7. Chez Solange

C’est un dialogue écrit en grande partie par le scénariste, le livre ne donne que son contenu.

Solange au téléphone avec Saïd, on ne sait pas où elle est. Elle dit qu’elle veut qu’il s’excuse (sans doute Bernard), elle entre en parlant dans une cuisine où on voit Rabut et Nicole assis autour une table.

Illustration du film Des Hommes de Lucas Belvaux – Solange à la fête
Illustration du film Des Hommes de Lucas Belvaux – Solange à la maison

Solange porte un vêtement différent de celui qu’elle a porté à la fête à cause duquel on ne sait pas où et quand on est. Mais pourquoi est-ce que le réalisateur voulait que Solange change de vêtement ? Et pourquoi ce nouveau milieu n’a pas été introduit dans le film ? Comment conduire le spectateur de la salle des fêtes à la maison de Solange ? Par exemple, quand ils partent de la salle des fêtes Nicole aurait dû dire à Rabut qu’ils l’accompagnassent chez elle, comme ça le spectateur aurait pu suivre le fil des événements. Et si le réalisateur voulait marquer la différence entre l’atmosphère de la fête et celle de cette scène, il aurait été peut-être suffisant de mettre un cardigan sur les épaules de Solange.

Autre lacune du film : on ne sait pas pourquoi Solange vit dans un environnement aussi vieilli. Il faut dire que le décor est tout à fait réussi : les vieux meubles, l’évier, la cuisinière, la crédence. Tout est vieux mais propre ce qui distingue de l’environnement de Bernard ce qui est délabré et sale. Nous, les (mal)heureux mortels qui nous avions de la chance de lire le roman, nous savons très bien que Solange était veuve et il élevait seule ses deux enfants en travaillant dans la cantine du collège. Voilà une information dont nous sommes privés dans le film mais qui y est parfaitement présente par le décor ce que nous ne pouvons malheureusement pas interpréter.

Solange raccroche et s’installe auprès de Nicole et Rabut, elle raconte une histoire sur Saïd quand il s’est proposé comme représentant des salariés et personne ne l’acceptait. On voit Saïd qui pense qu’il ne voulait plus les représenter et il s’était trompé. On le voit en consolant ses enfants et sa femme.

Nicole demande où était la broche, Solange dit qu’elle veut la ramener au bijoutier pour qu’il rende l’argent. Solange veut partager, donner sa part à chacun parce que c’est de l’argent volé. Rabut est d’accord.

Dans le livre il n’est pas question de récupérer l’argent, Solange veut tout simplement aller voir les bijoutiers pour savoir comment Bernard avait payé. Dans le livre d’ailleurs il y a une scène qui nous décrit comment Bernard est entré dans la bijouterie, comment il a choisi la broche en forme de fleur (oiseau dans le film) et comment il a payé avec une grosse liasse de 200 francs que la femme du bijoutier a immédiatement vérifiée.

En plus pourquoi partager cet argent ? C’était soit l’argent de leur mère, soit l’argent de Bernard si cela provenait de son gain de loterie.

Un dialogue s’engage entre Solange et Rabut sur Bernard. Selon Solange il a acheté le bijou pour faire honte aux autres. Il était toujours comme ça (mais ils ne précisent pas quel était le caractère de Bernard, dans le livre on dit qu’il méprisait tout le monde). Rabut dit qu’il n’a même pas écrit quand il s’est marié mais Solange lui contredit en affirmant qu’il lui a écrit, autrement ils n’ont même pas su qu’il s’était marié. Il a toujours écrit à Solange de l’Algérie, de Paris, mais jamais à leur mère, seulement un télégramme quand il a été démobilisé en annonçant qu’il ne rentrerait pas.

Pendant cette conversation Solange mentionne le billet de loterie. Selon Rabut, Bernard voulait se faire une nouvelle vie avec et Solange dit que leur mère a acheté deux vaches et elle a refait à neuf le toit de la grange avec en suggérant ainsi que ce n’aurait pas été assez pour une nouvelle vie.

Dans le livre c’est Rabut qui parle du billet de loterie mais nous connaîtrons son histoire un peu plus tard, par contre dans le film nous ne saurons jamais comment pouvait dépenser la mère de Bernard son gain de loterie, nous allons rester sans cette information, cependant c’est important et il suffit quelques phrases pour l’expliquer : Bernard était mineur, c’est-à-dire moins de 21 ans, de cette manière le chèque a été établi au nom de sa mère. Bernard pensait qu’il n’était : « … pas bon à voter mais déjà bon pour les djebels. »

Cependant, dans le livre on ne fait pas mention de ce que ce n’aurait pas été suffisant pour une nouvelle vie, seulement que la mère de Bernard a acheté deux vaches dont elle a rêvé depuis longtemps, mais on ne dit pas combien il en restait après l’achat des vaches.

Selon Rabut, Bernard n’a jamais pardonné ça à sa mère et selon Solange, leur mère n’a jamais pardonné les 17 ans sans nouvelle. Pendant ce temps Nicole rapporte de la pièce d’à côté le bijou.

Dans le livre c’est également Nicole qui apporte la boîte avec la broche et c’est Rabut qui l’en sort et ils regardent ensemble ce petit objet qui a causé une dispute si violente dans la famille. Par contre dans le film le bijou n’aura plus de rôle, il reste dans sa boîte.

Solange sur leur mère : elle ne pouvait jamais pardonner que Bernard n’est pas venu à l’enterrement de leur père, mais elle ne l’a jamais aimé, elle traitait de vaurien devant les gens qu’elle ne connaissait même pas. « Et Bernard souriait comme si c’était normal et plus elle en disait du mal, plus il faisait des conneries. »

Rabut accuse indirectement la mère et diminue la responsabilité de Bernard dans le déclin de leurs relations. Solange évoque le fait qu’il n’a jamais présenté sa famille, Rabut dit s’il n’y a même pas une photo de ses fils chez lui.

Déjà dans le livre nous avons remarqué cet étrange changement de rôle entre Rabut et Solange, elle qui a toujours défendu Bernard et lui, qui l’a toujours accusé d’être méchant, ils changent donc de rôle et c’est elle qui reproche à Bernard les 17 ans d’absence et c’est lui qui cherche des excuses. Nous n’avons pas trouvé d’explications à ce phénomène, est-ce que c’était volontaire de la part de l’auteur du roman et si oui quel est son but ? Mystère.

Rabut évoque la mort de Reine, mais Solange change tout à coup d’attitude et défend Bernard de toute sa force : « il l’a regretté, il était jeune, il croyait les sornettes des curés sur le mariage et il ne s’est jamais pardonné son comportement. »

Dans le livre Solange apporte toutes les lettres qu’elle a reçues de Bernard pendant toutes ces années pour prouver qu’il a regretté ce qu’il avait dit autrefois à Reine, mais elle ne trouve pas la lettre qui parle des remords de Bernard. Ici Solange ne sort pas les lettres pendant la visite de Rabut et Nicole mais plus tard dans la nuit, quand elle reste seule et elle va toutes lire l’une après l’autre. De cette manière, le rôle des lettres a changé, dans le livre on a l’impression comme si elles étaient inutiles puisqu’elles ne peuvent même pas prouver à quel point Bernard a regretté ses mots, ici elles deviendront un outil indispensable pour Solange qui cherchera à comprendre ce qui s’est passé avec Bernard, pourquoi il est devenu comme ça.

Elle conclut cette conversation avec : « une famille de fous. »