Sélectionner une page

II. La réalisatrice, Tatiana Lioznova (Татьяна Лиознова) qui était la scénariste aussi

Tatiana Lioznova

On peut dire que le réalisateur doit être l’âme du film. C’est lui qui a la tâche la plus complexe du point de vue artistique dans le processus de la production du film. Son travail commence durant la préparation du film et il accompagne chaque étape jusqu’à la distribution et la promotion, même plusieurs années après la première du film.

Nous savons que Tatiana Lioznova s’est battue pour obtenir le droit de réaliser Les 17 moments du printemps et elle a écrit elle-même le scénario. Ce n’était pas facile de convaincre le studio que la série soit confiée à elle, étant donné qu’elle n’a jamais réalisé d’histoire d’espionnage, surtout ce qui se déroulait pendant la Grande Guerre Patriotique ce qui était sacrée en Russie.

Pendant que le projet se développait le studio voyait un grand potentiel dans l’histoire et il a décidé de consacrer un budget exceptionnel à la production, en ce qui concerne les décors et les costumes, ou les uniformes, tout était très proche à la réalité. On raconte que cent chemises ont été préparées pour Stierlitz pour qu’il soit toujours impeccable.

Le tournage durait presque trois ans et se déroulait à différents endroits, en Allemagne, à Riga, ou bien dans le Caucase qui a « joué » les Alpes suisses. Les intérieurs ont été recréés dans le studio, mais les scènes de prison ont été tournées dans un véritable prison, on raconte que c’était l’agent de KGB qui a supervisé le tournage qui a obtenu l’autorisation de la ministère.

Le choix des acteurs est primordiale non seulement pour les personnages plus significatifs de l’histoire mais pour les « petits » rôles aussi. C’était Tatiana Lioznova qui a dit le dernier mot, on raconte que quatre acteurs ont été auditionnés pour le rôle de Stierlitz, l’un n’était pas disponible, l’autre ne voulait pas accepter un travail qui dure des années et pour lequel il doit voyager, il en restait deux. L’écrivain voulait choisir celui qui avait un succès dans une comédie, Tatiana voulait choisir Tikhonov et finalement c’est lui qui a été retenu pour incarner le personnage principal.

Tatiana Lioznova a décidé de tourner tout le film en noir et blanc ce qui donne l’impression comme si on regardait un film documentaire, parfois on a l’impression comme si Stierlitz existait réellement. Il y avait un spectateur particulier qui croyait que Stierlitz était une personne réelle, Léonid Brejnev, le secrétaire général de l’époque qui voulait même décorer Stierlitz, et il était très déçu quand il a appris que Stierlitz n’était qu’un personnage imaginaire. En 2009 une version colorisée est sortie, du point de vue artistique c’est intéressant, mais nous sommes restées fidèles à la version originale, c’est elle qui conserve l’atmosphère d’authenticité du film.

Tatiana Lioznova a composé des cadres vivants s’il s’agissait de tourner dans un milieu naturel ou devant un décor de studio. Les mouvements et les déplacement de ses acteurs sont également très bien composés et paraissent tout à fait naturels. La scène par exemple où Klaus parle de la nature et des condamnés à mort avec qui il travaillait est très réussite. Il est au milieu d’une phrase, il tourne vers Stierlitz qui l’abat d’un coup de feu, Klaus ne comprend pas d’abord ce qui s’était passé, son agonie est très réelle. A côté de cela la mort de Rolf et de Barbara reste un peu banal, on ne voit même pas le visage de Rolf, il tombe et c’est tout. Mais nous ne voulons pas paraître trop sévères, voici un cadre parfaitement composé du film.

Image de la série de Tatiana Lioznova Les 17 moments du printemps – Un cadre magnifiquement composé

Plus tard, dans le chapitre dédié au chef opérateur on va parler du caméra et les mouvements du caméra.

Après le tournage c’est la post-production qui commence avec le montage de l’image et du son. Dans le chapitre consacré aux erreurs nous avons déjà développé nos observations à ce sujet, il y a quelques incohérences mais à part cela la chaîne logique est respectée et le spectateur est bien guidé dans l’histoire. Notre scène favorite est celle où tout le monde cherche Stierlitz partout, Müller attend que Stierlitz tombe dans un de ses pièges et il arrive dans l’Office, il avance dans le couloir et Scholtz fait son rapport à Müller que Stierlitz marche dans le couloir, Müller ne comprend pas vraiment ce qui se passe. Cette scène est très bien joué et l’ordre chronologique des séquences est très bien choisi.

Donc nous avons pu voir que la contribution artistique de la réalisatrice est très considérable dans ce film, son travail a commencé par le scénario. Elle a lu le scénario écrit par Julian Semenov et elle a considéré que l’écrivain a supprimé de l’histoire les scènes qu’elle aimait le plus dans le livre. Nous ne savons pas quelles étaient les scènes en question mais finalement Tatiana Lioznova a écrit un scénario qui suit de façon très fidèle le livre, il s’agit vraiment d’une adaptation et non pas d’une œuvre à part. Elle n’a imaginé que deux personnages de plus : Frau Zaurich et Gaby qui sont là pour montrer le côté humain de Stierlitz, surtout Frau Zaurich avec qui Stierlitz établit une relation « normale », leur rencontre sont comme s’ils étaient sur une île de paix tandis que toute l’Europe est en guerre.

Nous pouvons voir si nous lisons le livre que tout ce qui est de sentiment, de relation humaine ou d’attachement personnel a été ajoutés à l’histoire par le film et sans doute en grande partie par la réalisatrice. Nous savons également que ce n’était pas seulement Tatiana Lioznova qui a proposé des changements dans l’histoire : la scène dans le café Eléphant quand Stierlitz voit pour la dernière fois sa femme a été proposé par l’acteur principal, Viatcheslav Tikhonov. Il connaissait un agent de KGB qui travaillait pendant des années sous couverture à l’étranger et c’était lui qui a raconté qu’une fois le KGB lui a organisé une rencontre avec sa famille où il pouvait les voir du loin. Son histoire servait de base pour cette scène qui est devenue l’image de la solitude de Stierlitz.

Malgré le fait qu’un film est toujours un travail d’équipe, on peut considérer cette série comme l’œuvre de la réalisatrice, parce que c’est vrai qu’elle a respecté le livre mais c’était elle qui a donné cette atmosphère unique au film. Quand nous regardons les scènes nous avons l’impression de voir la réalité comme si nous avions la possibilité de découvrir la vie de tous ces personnages.

Le rôle de la réalisatrice est très important non seulement d’un point de vue artistique, c’est elle qui décide comment les acteurs jouent les scènes qui va où, le mode de l’interprétation etc., mais c’est également elle qui tient l’équipe et la production ensemble et qui créé l’atmosphère du film, comme nous l’avons déjà vu.

En dehors de cela, il y avait beaucoup d’imprévus qu’elle devait affronter pendant le tournage qui a duré presque trois ans et le studio a investi beaucoup d’argent dans la production, alors elle a dû supporter la pression. Le KGB a supervisé le travail, un agent a toujours été présent, parfois ils devaient tourner dans la nuit pour qu’il puisse être présent. La série aurait dû être diffusée en printemps de 1973 mais pour des raisons politiques sa première a été décalée. Et même la série a failli ne pas être diffusée parce que l’Armée Rouge a estimé que l’histoire suggère que c’étaient les agents infiltrés qui ont gagné la guerre tandis que l’armée a combattu sur les fronts, donc elle a opposé à la diffusion de la série et le studio ne voulait pas investir plus d’argent, il était donc impossible de tourner plus de scènes. La réalisatrice a sauvé la situation quand elle a eu l’idée d’utiliser des films d’archive pour montrer ce qui se passe sur le front. L’Armée Rouge était contente du résultat et elle a donné feu vert à la diffusion.

Donc après tous ces imprévus et contretemps le premier épisode a été diffusé le 11 août 1973 et le succès était immédiat, déjà en décembre de la même année la télévision a dû rediffusé les aventures de Stierlitz. Et depuis ce jour-là son succès est ininterrompu grâce au talent et à la persévérence de Tatiana Lioznova.

Elle a été récompensée pour son travail, elle a obtenu nombreux prix, même au tournant du millénaire elle a été décorée par le président de la Russie, Vladimir Poutine.

Tatiana Lioznova avec Vladimir Poutine