Sélectionner une page

Depuis des années 50 plusieurs milliers de gens passent leur temps devant la télévision et suivent avec passion les histoires de plusieurs volumes. D’où viennent cette popularité de ce genre et la fidélité du public ?

Tout a commencé bien avant que le cinéma et la télévision n’apparaissent. Au XIXe siècle quelques journaux ont commencé à publier des histoires en plusieurs petites parties en bas d’une page de leur édition. C’est un peu difficile à déterminer le premier auteur d’une telle série parce que cette partie qui s’appelait « rez-de-chaussée » ou « feuilleton » était remplie par des articles de littérature, par des chroniques sur le théâtre et par des critiques littéraires.

Parfois le succès était tel qu’on devait augmenter le tirage du journal. Cependant la grande partie de ces œuvres n’étaient pas considérés comme des chefs-d’œuvre littéraires et il faut admettre que parfois la qualité a été affectée par les exigences du journal. Tel était le cas par exemple du Bossu de Paul Féval dont l’histoire a été perceptiblement modifiée pour prolonger le roman. Autre roman, Les Mystères de Paris a été même accusé de générer un soulèvement populaire, donc un débat s’est engagé dans l’Assemblée Nationale dont le résultat était l’approbation d’une nouvelle taxe en juillet 1950 qui fut imposée aux journaux publiant des feuilletons.

Parmi les feuilletonistes on retrouve les grands noms de la littérature français : Dumas et Balzac par exemple, La Vieille Fille de Balzac avait eu le privilège d’être publié en 1836 non pas en bas des pages mais en colonnes. La plupart des œuvres de Jules Verne ont été publiées en feuilleton avant d’être publiées en intégralité sous forme de livre. Les Misérables de Victor Hugo ne paraissaient pas en feuilleton mais en petit format et à bon marché pour que le public puisse l’acheter facilement.

Peu à peu cependant les romans-feuilletons disparaissent des journaux mais le genre reste toujours populaire et une nouvelle invention donne de nouvelles perspectives : au début du XXe siècle apparaissent le film et les films à épisodes. À partir des années 1910 le public est enchanté par des films à plusieurs épisodes dont l’intrigue est parfois criminelle, parfois sentimentale ou même les deux à la fois et les personnages sont captivants. Les épisodes sont diffusés dans la même salle de cinéma et chaque épisode se termine par une fin ouverte qui sert à exciter la curiosité du public en assurant qu’il revienne au cinéma pour voir le prochain épisode qui est diffusé en général une semaine plus tard. Dans les années 20 et 30 ce genre cherche de nouvelles sources et s’inspire des grandes œuvres littéraires, apparaissent les adaptations littéraires et les films historiques. Mais quand le film sonore arrive, les films à épisodes ne peuvent plus perdurer et les longs métrages conquièrent définitivement les salles de cinéma.

L’un des grands succès qui a défini le genre était Judex de 1916 dont voici le premier épisode :

Judex-Prologue

Mais les amateurs des feuilletons n’avaient même pas eu le temps de s’attrister devant la disparition de leurs films à épisodes préférés puisqu’une nouvelle invention est venue à leur aide : la radio qui a créé les feuilletons radiophoniques.

Et voici quelques échantillons de Signé Furax, feuilleton radiophonique humoristique de grand succès :

Signé Furax

Le succès est immédiat avec par exemple la Famille Duraton dans les années 30 ou Les Maîtres du Mystère dans les années 50. Le sujet est très varié : histoire de la vie quotidienne, policiers, humoristique ou sentimental. Le succès dure jusqu’aux années 60 quand le feuilleton radiophonique passe le relais au feuilleton télévisé.

Un petit peu de nostalgie :

Le Chevalier de Maison Rouge

Alors les exigences du public sont comblées : son, image, histoires captivantes et personnages intéressants, tout est là. Le succès est inébranlable jusqu’à nos jours, on a vu la naissance des séries d’été et des séries d’hiver, des séries pour enfants, pour la famille, des séries policières, romantiques, historiques, fantastiques, aventure, médicales, judiciaires etc. La liste est longue et interminable. Et l’apparition de l’internet ne fait qu’augmenter les possibilités de diffuser de plus en plus de feuilletons.

Ce gros succès réside dans la continuité des histoires, si le public prend l’affection pour les personnages, son intérêt restera constant pour suivre les aventures de ses héros. S’il s’agit d’une série de la vie quotidienne, cela lui sert de retrouver en quelque sorte soi-même dans la vie des personnages, s’il s’agit par contre une série qui met en scène des aventures extraordinaires, cela lui permet de s’évader.

Le temps et les moyens changent donc mais la passion pour ce genre demeure intacte. Chaque nouvelle invention a été utilisée pour satisfaire les amateurs des feuilletons : journal, cinéma, radio, télévision, internet, quelle sera la prochaine invention mise à disposition des feuilletons ?