Sélectionner une page

3. Le destin de Harry Hart

Ce qu’on a vu dans le film

Nous avons déjà présenté le destin de Harry dans les deux précédents articles, mais si quelqu’un ne les a pas lus, voici l’histoire de ce personnage qu’on a vu dans les deux films.

Harry Hart est un homme qui inspire confiance, qui a de la classe, qui a des manières. Il travaille pour l’atelier de tailleur Kingsman, c’est peut-être pour ça qu’il est toujours élégant. Mais en réalité Harry est un agent secret qui travaille sous le nom de Galahad pour Kingsman qui est en réalité une agence de renseignement indépendante.

Illustration du film Kingsman de Matthew Vaughn : Harry

La mort de l’un de ses collègues va lui permettre d’introduire Eggsy au sein de l’agence, il sera son mentor et son deuxième père. 17 ans auparavant le père d’Eggsy lui a sauvé la vie et il essaie de le remercier de cette façon, en prenant sous ses ailes son fils.

Pendant qu’Eggsy suit son entraînement et essaie de passer les épreuves imposées par l’agence, Harry suit une enquête commencée par son collègue. Il parvient à apporter quelques pistes pour continuer l’enquête et ce sera lui qui va jouer le rôle d’appât pour tendre un piège au méchant de l’histoire, Valentine.

Mais lors de sa dernière mission quand il croit de pouvoir trouver des preuves tangibles contre son adversaire, il sera contaminé par les ondes neurologiques de Valentine et il devient un véritable tueur sans pitié, sans contrôle. Il tue plusieurs personnes dans une église, c’est même lui qui commence la tuerie. Après qu’il revient à lui, il demande des explications de la part de Valentine, mais malheureusement Harry n’aura plus de possibilité de prouver pour les spectateurs qu’il n’est pas du tout un assassin, Valentine le tue en lui tirant une balle dans la tête. Sa mort choque ses collaborateurs, Arthur, son patron inclus, qui a déjà changé le camp pour Valentine. Et cette disparition précipitée et sans but laisse un vide dans les spectateurs. D’autant plus que Harry était un agent expérimenté et Valentine a tourné la tête quand il a tiré pour ne pas voir du sang. Donc Harry aurait eu le temps de réagir et non seulement se laisser faire.

Illustration du film Kingsman de Matthew Vaughn : Eggsy est choqué
Illustration du film Kingsman de Matthew Vaughn : La réaction d’Arthur
Illustration du film Kingsman de Matthew Vaughn : Merlin sous le choque

L’histoire de Harry continue dans le deuxième épisode où on le revoit dans le QG du Statesman, mais sa première apparition est tellement surprenante, inattendue et sans fondement que le spectateur peut ne pas en croire ses yeux. Racontons la scène : Eggsy et Merlin sont capturés quand ils se rendent dans le QG du Statesman où un agent très têtu les interroge sur leurs intentions et sur leur véritable but. Pendant l’interrogation l’agent du Statesman essaie de leur mettre la pression en les menaçant de tuer le lépidoptériste inconnu qui apparaît tout à coup derrière un miroir dans une chambre cellule matelassée. En train de se raser. En jogging. Et c’est Harry, alias Galahad.

L’ancien agent intelligent qui avait l’esprit aiguisé se trouve dans une situation délicate, il a perdu ses souvenirs et il se croit dans une époque où il hésitait entre devenir lépidoptériste ou intégrer l’armée. Dans son vrai passé il a opté pour l’armée mais aujourd’hui il croit être lépidoptériste et il ne reconnaît pas ses anciens collègues. Ginger, la directrice stratégique du Statesman explique la cause de l’état de Harry : quand elle lui a sauvé la vie, elle a utilisé une invention de son agence pour protéger le cerveau de Harry qui a été opéré plus tard par des nanorobots. Toute cette procédure a pour effet secondaire une amnésie rétrograde dont souffre Harry en ce moment.

L’état de leur ami désole Eggsy et Merlin qui restent consternés devant cette situation. Ils vont tout faire pour que Harry retrouve la mémoire et pour qu’il retrouve soi-même. Merlin essaie de recréer la situation de la première épreuve à laque Harry devait participer lors de son entraînement en inondant sa chambre mais Harry est incapable de s’échapper, il est sur le point de se noyer quand Merlin interrompt l’expérience.

Illustration du film Kingsman de Matthew Vaughn : Harry est sur le point de se noyer

Les agents Kingsman et Statesman décident de laisser partir Harry, Eggsy supplie Harry de ne pas partir mais il ne réagit pas. Mais Eggsy aura une idée pour essayer de le réveiller en recréant la situation de la dernière épreuve de l’entraînement. Eggsy lui achète un chiot et il fait semblant de vouloir le tuer. Et Harry tout à coup se souvient de cette dernière épreuve quand il a tiré sur son chien (avec une balle à blanc forte heureusement), et ce premier souvenir ouvre une voie pour les autres et Harry se souvient de tout.

Illustration du film Kingsman de Matthew Vaughn : Le traitement de choque d’Eggsy

Mais il n’est pas complètement rétabli, il va connaître des crises et des troubles qui vont l’empêcher de faire bon son travail. Malgré ses difficultés il va repérer le double jeu de Whiskey, l’agent qui les accompagnent lors d’une mission. Quand Harry évoque la possibilité de procurer un antidote et en analysant reproduire sa formule pour pouvoir le produire sans se soumettre aux exigences de la méchante de l’histoire, le comportement de Whiskey l’intrigue et à partir de ce moment Harry le soupçonne de ne pas être intègre.

Plus tard, lors de leur mission commune Harry a une crise mais malgré ça il voit clairement que Whiskey travaille contre eux quand ce dernier casse délibérément l’unique fiole de l’antidote qu’Eggsy a pu voler.

Harry est sans pitié, il tire sur Whiskey mais Eggsy ne croit pas aux arguments de Harry et sauve Whiskey en cachant la vérité devant les agents Statesman. Il leur dit que Whiskey a été touché dans les échanges de tir. À leur retour au QG, Harry partage ses inquiétudes avec Merlin et lui explique sa position, ils partent tous les trois en mission pour empêcher que la méchante de l’histoire réalise son projet. Durant cette mission Harry reprend ses forces et il commence à ressembler à lui-même. Cependant il joue une sorte de second rôle derrière Eggsy, il va battre deux chiens robots et il va participer à l’élimination de la méchante et à celle de Whiskey.

À la fin de l’histoire il redevient l’ancien Harry, seul son cache-œil évoque en lui et en le spectateur ce qu’il a traversé depuis le tir de Valentine.

Ce qu’on aurait aimé voir

La grande question est pourquoi Harry devait mourir dans le premier épisode ? Il était la clé de l’histoire, la personne qui introduit Eggsy et le spectateur dans le monde caché du Kingsman. Un agent expérimenté dont Eggsy pourrait beaucoup apprendre. Mais il sera tué un peu précipitamment et bêtement au milieu du premier épisode. Du point de vue dramaturgique il se peut que Harry aie dû vraiment mourir parce qu’il a été affecté par les ondes neurologiques de Valentine et il est devenu un assassin. Même s’il n’était pas responsable de son comportement dans l’église, il était une simple victime, il a quand même tué beaucoup de gens.

Illustration du film Kingsman de Matthew Vaughn : Le dernier souvenir de Harry

Malgré les actes de Harry nous estimons qu’il aurait mérité une mort plus héroïque et plus utile qu’une simple balle tirée dans sa tête par Valentine.

Voilà comment nous imaginons son destin : il aurait pu échapper à la tentative d’assassinat de Valentine, puisqu’il est un agent expérimenté, retourner au QG, expliquer ce qui s’était passé, ce qu’il ressentait pendant qu’il était sous l’influence des ondes de Valentine. Merlin aurait pu l’examiner pour essayer de trouver l’impacte physique que les ondes ont pu avoir sur son corps. Et comme ses lunettes ont enregistré le signal émis par Valentine lors de la mort du Professeur Arnold, elles auraient également pu capter le signal des ondes neurologiques, et Merlin aurait pu les analyser pour savoir de quelle sorte d’ondes il s’agît, comment les neutraliser ou modifier.

Dans le film après la mort de Harry, Eggsy élimine tous les adversaires du Kingsman, nous estimons qu’il faudrait équilibrer l’histoire en laissant les autres personnages de se remarquer. Par exemple les auteurs auraient pu donner un rôle important à Harry s’ils ne l’avaient pas tué auparavant.

On aurait pu imaginer un affrontement avec son patron, par exemple lors d’une conversation avec Arthur, il aurait pu deviner avant d’apercevoir sa cicatrice qu’il était aux côtés de Valentine. Et après un duel intellectuel qui est très manquant dans le film, il aurait pu tuer Arthur et mettre dans la confidence Merlin, Roxy et Eggsy. Après, il aurait pu participer à l’élaboration du plan de comment empêcher Valentine d’éliminer la grande partie de l’humanité. Dans notre version Merlin, Roxy, Eggsy et Harry se rendraient ensemble au bunker de Valentine mais là, dans le bunker Harry mourrait en sauvant Eggsy, comme il a été sauvé auparavant par le père d’Eggsy. Il aurait même pu dire qu’« à présent nous sommes quittes, ton père et moi » ou « à présent j’ai payé ma dette envers ton père ».

Cela nous paraît une version plus sophistiquée où la mort de Harry aurait du sens et le spectateur aurait le temps de digérer la perte de ce personnage.

Et même après une mort pareille, Harry aurait pu être ressuscité dans le deuxième épisode mais pas comme on a vu dans le film.

On peut garder l’histoire du gel alpha mais il faudrai mieux que l’amnésie soit une réaction de la subconscience de Harry et non pas un effet secondaire. Et les auteurs auraient pu imaginer une histoire plus captivante pour cette « seconde vie » de Harry.

L’entrée est très importante dans la vraie vie et dans les films aussi et on revoit Harry en train de se raser dans une chambre cellule matelassée et cette image va l’accompagner pendant tout le film. Ce n’est pas une entrée adéquate pour ce personnage. Il a perdu la mémoire, il se croit lépidoptériste, ses amis le croient mort, les spectateurs aussi, les agents du Statesman ne le connaissent pas, qu’est-ce qu’on aurait pu faire d’une situation pareille ?

Illustration du film Kingsman de Matthew Vaughn : L’entrée de Harry

Par exemple comme le métier du lépidoptériste demande une capacité d’observation élevée il pourrait travailler avec les agents Statesman dans des missions où ses capacités d’observation et d’analyse peuvent être utiles. Harry a perdu la mémoire mais il n’a pas perdu l’esprit, c’est pour ça que le fait de le mettre dans une chambre matelassée nous paraît exagéré. Et la scène d’interrogation menée par Tequila nous paraît également exagérée. Par contre si Eggsy et Merlin avaient revu Harry lors d’un briefing par exemple et Harry avait apparu comme analyste dans une enquête, la joie et la surprise de nos héros auraient pu être plus grande et la scène plus crédible.

Et la retrouvaille aurait pu donner la possibilité de tout expliquer en présence de Harry, qui aurait pu participer activement à la conversation. Ginger a expliqué les causes de son amnésie mais Harry était exclu de la conversation: « On a développé notre technologie du gel alpha pour nos propres agents dans l’éventualité d’une balle dans la tête. Le gel protège le cerveau, ensuite au labo, on utilise des nanites, des nanorobots pour réparer les tissus endommagés. Il y a des effets secondaires : une amnésie partielle et un retour vers un soi plus jeune. Sans plus aucune notion de qui il était, nous n’avons rien pu faire. »

L’idée qu’il se croit à l’époque où il a hésité entre deux options dans la vie, soit entrer dans l’armée, soit devenir lépidoptériste est très bien, également l’idée qu’il croit avoir pris la décision de suivre la voie de lépidoptériste. Mais si on analyse la situation nous allons voir que ce serait encore mieux si ce n’était pas un effet secondaire du gel alpha mais un processus normal de son esprit de se protéger de la réalité. N’oublions pas que son dernier sentiment avant de « mourir » était avoir des remords profonds, il était profondément bouleversé par son propre acte et il a demandé des comptes à Valentine. Il ne faut pas être surpris s’il ne veut pas s’en souvenir. Il veut oublier tout ce qui l’a conduit à cet instant.

Illustration du film Kingsman de Matthew Vaughn : Les remords de Harry dans l’église

Dans son amnésie il est en train de revivre une trajectoire alternative, qu’est-ce qui aurait pu lui arriver s’il avait décidé de devenir lépidoptériste ? C’est une idée très intéressante : vivre la vie qu’il n’a pas choisie. La vie qu’il aurait pu choisir. Une vie paisible, où il est impossible de rencontrer Valentine, de devenir assassin.

Malheureusement Harry n’a pas vraiment la possibilité de prouver que ce parcours aurait pu être digne de renoncer de sa véritable carrière. Quelles sont les compétences et les capacités d’un lépidoptériste ? Nous avons déjà évoqué la capacité d’observation et d’analyse, mais il y a aussi la patience, avoir de la bonne mémoire. C’est un travail qui exerce l’esprit ce qui pourrait être très utile pour Harry dans le difficile processus de retrouver la mémoire, d’autant plus que sa subconscience veut y résister. Une plus grande possibilité d’agir aurait donné à Harry la possibilité de prouver ses compétences comme lépidoptériste et comme personne compétente. Le fait qu’il est fermé dans une chambre matelassée le prive de toute la possibilité de reconstruire sa vie et le condamne à vivre dans un état de passivité.

Il y a encore quelque chose que nous voudrions évoquer dans cette résurrection de Harry et ce sont ses vêtements. Harry était habitué à porter des vêtements de haute qualité, des costumes, des cravates, des lunettes, même en civil. Quand on porte des vêtements élégants, sa posture, sa manière de se déplacer est plus élégante et si quelqu’un s’y habitue, il peut être très étonné de se voir dans un jogging. Et n’oublions pas non plus qu’on peut perdre la mémoire mais les mains se souviennent des gestes et de la routine de tous les jours. Et mettre la cravate fait partie de la routine quotidienne de Harry, mettre ses lunettes aussi, mettre ses chaussures et enlacer ses lacets, prendre son parapluie. Les mains de Harry aurait dû se souvenir de sa routine aider Harry à retrouver la mémoire.

Dans l’histoire tout le monde est sur le point de le laisser partir dans son état actuel, quand Eggsy a l’idée de lui acheter un chiot, de même race que son ancien chien, Mr. Pickle et recréer en quelque sorte la situation où Harry lui a tiré dessus. L’effet est immédiat, le « traitement » d’Eggsy fonctionne et Harry revient enfin à lui. Tout le monde est heureux parce qu’ils espèrent retrouver le même Harry qui était auparavant.

Mais Harry n’est pas le même, il ne peut pas avoir la même personnalité, tout le monde évolue et les événements exercent une influence sur nous. Donc il est normal que Harry a changé après une expérience pareille : Valentine lui a tiré dessus, il a été opéré, il a perdu la mémoire et il a revécu sa jeunesse en train de prendre une décision différente de celle qu’il a prise réellement. C’est normal que sa personnalité a changé et il ne sera pas le même personnage mais il aurait fallu faire en sorte que son caractère s’enrichisse et non pas qu’il perde sa crédibilité.

Avec la mise en scène de ses troubles et de ses crises, Harry devient sa propre caricature. On peut comprendre qu’il faut du temps pour se rétablir mais son comportement parodie son propre personnage.

C’était peut-être une fausse bonne idée de répéter la scène du pub où il avait battu les adversaires d’Eggsy puisque cette scène a déjà été répétée avec Eggsy à la fin du premier épisode. Donc c’est un peu trop et le fait qu’il ne peut pas être à la hauteur, et il perdrait cette lutte si Whiskey ne le sauvait pas, transforme le personnage de Harry à quelqu’un qui n’inspire plus de respect mais de la peine. On a de la peine pour lui. Et ses amis aussi ont de la peine pour lui. Et les spectateurs aussi.

Illustration du film Kingsman de Matthew Vaughn : Harry est ridiculisé

Fort heureusement petit à petit Harry se retrouve enfin malgré ses troubles, il repère le double jeu de Whiskey dès le début et c’est ce fil par lequel il peut retrouver sa sobriété et prouver qu’il est désormais capable de participer à une mission et il est digne de confiance.

Mais il y a une chose qui n’a pas été mise en scène. Nous avons déjà évoqué que les derniers sentiments de Harry avant de se faire tirer dessus étaient d’une part des remords pour ce qu’il venait de commettre d’autre part la haine envers Valentine. Et quand il revient à lui, sa première pensée est effectivement qu’il faut arrêter Valentine mais on ne le voit pas évoquer pendant tout le film ce qui s’est passé dans l’église. En plus de ça, il n’est pas informé de comment il a été sauvé, et il n’est pas informé non plus des raisons de la présence de ses deux amis dans le QG du Statesman. Est-ce que Harry est au courant de la mort de tous les agents Kingsman et de la destruction de toutes leurs bases ? Nous ne savons pas.

Nous aurions aimé voir un Harry plus mûr avec une personnalité enrichie par l’expérience qu’il a vécue depuis que Valentine lui a tiré dessus. N’oublions pas qu’il a effleuré la mort et après, il ne savait même pas qui il était, ce qu’il faisait dans sa vie, il a dû reconstruire sa vie et dans le film cette expérience n’a absolument pas apporté de plus à sa personnalité, cette expérience aurait dû le rendre plus fort.

Il ne parle qu’une seule fois de ce qu’il avait vécu quand il a vu en face la bouche du canon de l’arme de Valentine. Ils sont au bord de l’avion du Statesman en route pour le QG de Poppy et il relate à Eggsy ce qu’il a ressenti à ce moment-là. Rien. Absolument rien. Parce qu’il n’avait aucun attachement, il n’était jamais amoureux et il n’avait personne à qui il aurait ressenti de l’amour, envers qui il aurait pu retourner. Mais il évoque ces sentiments dans un contexte où Eggsy est inquiet à cause de sa petite amie, Tilde et Harry le rassure qu’ils vont la sauver.

On aurait aimé voir un Harry qui peut assumer de pas à pas ce qui lui est arrivé, ce qu’il a fait dans l’église, sa convalescence et sa nouvelle personnalité plus riche, plus affirmée qu’avant. Et un Harry avec une expérience pareille n’aurait jamais laissé Merlin se sacrifier, il lui aurait pu dire que :

Harry : « Passer à l’autre côté et revenir n’est pas si amusant, vous pouvez me croire. »

Merlin : « Je n’ai pas l’intention de revenir. »

Harry : « Alors vous voulez nous hanter ? »

Merlin : « Je suis déjà assez hanté par les autres. Je n’ai pas l’intention de vous embêter davantage. »

Harry : « Nous avons besoin de vous ici et maintenant, en chair et en os, pas en fantôme dans deux cents ans. Les autres seraient du même avis, croyez-le. »

Merlin : « Il se peut que dans quelques instants je sache ce qu’ils voudraient. »

Harry : « Et vous voulez laisser tomber cette mission, et nous aussi ? Vous savez, je sais ce que c’est, commettre une erreur et perdre un frère d’arme à cause de ça. Je sais ce que c’est être rongé par les remords, voir et revoir la scène, réfléchir à ce que j’aurais pu faire, à ce que j’aurais dû faire. Je sais parfaitement ce que c’est mais vous avez encore le temps de passer à l’autre côté et rencontrer ceux qui pourraient vous donner l’absolution. »

Eggsy : « Qu’est que j’aurais pu devenir sans Harry, Merlin ? Sans vous ? Petit délinquant sans emploi ? Sans avenir ? Et maintenant ? Je suis sur le point de sauver le monde, pour une deuxième fois, à vos côtés. »

Merlin : « Bon, si c’est comme ça et vous ne pouvez pas vous passer de moi, soit. Mais tout d’abord, nous avons un problème à résoudre. Désactiver cette mine. »

Harry et Eggsy : « Avec plaisir. »

Mais malheureusement Harry n’est pas au courant de la destruction de leurs bases et de la mort de ses collègues, donc il n’est pas non plus au courant du sentiment de culpabilité de Merlin. Donc il ne peut rien faire pour empêcher le sacrifice de Merlin. Il ne peut pas partager avec lui ce qu’il a ressenti quand le père d’Eggsy est mort et comment il lui a essayé de remercier de son acte héroïque. Il a introduit Eggsy au sein du Kingsman, il l’a pris sous ses ailes en lui offrant un meilleur avenir. Et peut-être Merlin aurait compris qu’il avait encore la possibilité de faire quelque chose d’utile avant de rejoindre ses camarades dont le mort pesait lourd sur sa conscience.

Illustration du film Kingsman de Matthew Vaughn : Dans le film Harry laisse partir Merlin

C’est ce que nous aurions aimé voir, un Harry plus sage, une personne qui réfléchit avant d’agir. Harry n’est pas encore de l’âge de devenir le nouvel Arthur, mais il serait temps de faire les premiers pas vers la sagesse, surtout après ce qu’il a vécu. Et au lieu d’un Harry plus mûr, les auteurs nous ont présenté un Harry qui a presque perdu l’esprit et pour qui le spectateur a de la peine.

Avant de finir cette partie de notre article nous aimerions faire part d’un sentiment qui est né en nous quand nous avons regardé le parcours de ce personnage. Harry perd la mémoire, sa raison d’être, ses manières, sa personnalité. Dans sa chambre matelassée, vêtu en jogging il se comporte comme un heureux dérangé qui vit dans son petit monde, mais perdre la mémoire ne signifie pas de perdre sa personnalité. Avec ce scénario nous avions l’impression que tout ce qui était de valeur dans la personnalité de ce personnage était son costume, sa cravate, ses lunettes, ses chaussures et son parapluie. En les perdant il a perdu toute sa valeur. Pourtant cette situation dans laquelle Harry se trouve après sa blessure aurait pu permettre aux auteurs de montrer quel sont les compétences, le talent, le potentiel de ce personnage à l’état pur. Renvoyer Harry à l’époque où il n’était pas encore entraîné par le Kingsman, et montrer quel était le potentiel du Harry. Cela aurait été une très bonne occasion pour mieux connaître l’atout de ce personnage et son passé aussi. Mais avec ce parcours nous avions l’impression que sans le Kingsman ni Eggsy ni Harry ne vaillent pas grande chose. Et c’est dommage.